Réparation des aréoles et des cicatrices mammaires : quelles solutions adopter ?

Réparation des aréoles et des cicatrices mammaires

 

En France, le nombre de femmes atteintes du cancer du sein a largement augmenté. Sur les 50 000 cas recensés chaque année, plus de 20 000 se soldent par une mastectomie. Pour bon nombre de ces patientes, la chirurgie mammaire a permis de venir à bout de la maladie. Cependant, si l’ablation complète du sein s’apparente à une solution salvatrice, elle a tendance à laisser de sérieuses séquelles. Les problèmes physiques et psychologiques engendrés par cette épreuve douloureuse poussent souvent les femmes à se retrancher sur elles-mêmes. Pour celles qui ont réussi à surmonter ces difficultés, la voie vers la réappropriation totale du corps commence par la réparation des dégâts les plus apparents : les aréoles et les cicatrices mammaires.

La reconstruction 3D pour une meilleure reconstitution des aréoles mammaires

 

La reconstruction 3D ou 3D pigmentation est une technique qui permet de redessiner les aréoles mammaires grâce à des colorants. Son principe est assez similaire à celui du tatouage sauf que, dans ce cas-ci, les pigments utilisés sont d’origine organique et donc parfaitement adaptés aux peaux sensibles. L’objectif avec cette méthode de dermopigmentation réparatrice sur-mesure est de créer un effet trompe-œil qui paraîtra plus vrai que nature. La technique de correction 3D va servir à dessiner et recréer l’aréole mammaire, mais également à camoufler les cicatrices périaréolaires.

La reconstitution des aréoles mammaires suite à une mastectomie s’effectue généralement en deux séances d’environ 2 heures chacune. Si la patiente a déjà eu recours à une greffe d’aréole, le travail du praticien consistera à réaliser une dermopigmentation « symétrisante » qui prendra moins de temps que le traitement normal. Bien sûr, que ce soit dans le premier ou dans le second cas, des retouches seront prévues dans les mois qui suivront la première séance afin d’assurer la tenue de la couleur.

Il est à noter que si l’objectif de la réparation 3D est avant tout purement esthétique, cette méthode a aussi été conçue pour aider les femmes atteintes d’un cancer du sein à redonner confiance en elles.

Lire également notre article sur :  la santé des femmes après l’accouchement.

Camoufler les cicatrices grâce à la dermopigmentation réparatrice

 

Toutes les cicatrices mammaires, qu’elles aient été causées par le cancer ou non, peuvent être traitées grâce à la dermopigmentation médicale. Comme la reconstruction 3D, la dermographie correctrice consiste également à camoufler les imperfections en utilisant des pigments naturels. Les colorants peuvent par ailleurs être associés à divers soins dermatologiques spécifiques pour une meilleure régénération de la peau. Les professionnels adoptent par exemple cette approche afin de mieux soigner les cicatrices opératoires. Le microneedling (les soins) va favoriser la cicatrisation de la peau tandis que la chirurgie réparatrice dissimulera les traces les plus disgracieuses.

En cas de brûlure ou de vitiligo évolutif, c’est surtout la micropigmentation médicale qui sera pratiquée. Le principe de cette technique est assez similaire à celui du maquillage permanent. L’objectif étant alors de corriger et de camoufler les marques gênantes en atténuant les différences de couleur entre la zone traitée et la peau avoisinante.